Un changement de fonds dans les relations humaines en entreprise que tout manager doit comprendre

Hier j’ai assisté à la convention annuelle des dirigeants d’Adeo « We make it happen ». Une conférence très intéressante qui montre comment le retail essaie de se digitalisée.

Hors mis ces considérations, Philippe Zimmerman, le CEO du groupe a eu une réflexion qui m’a marquée:

Tout d’abord une réflexion sur la manière de travailler avec les fournisseurs qui a évoluée. Le point était notamment d’affirmer que l’on est passé d’un modèle d’appartenance et donc de soumission à un modèle de partenariat. Désormais si on arrive en voulant tout absorber on les effrai et ils ne veulent plus travailler avec nous.

Tout d’abord je ne peux qu’abonder dans le sens de cette réflexion et je le remarque moi-même dans le cadre de mes missions: tous les fournisseurs avec qui je travaille sont de vrais partenaires sinon notre relation ne dure pas longtemps. C’est une façon de travailler exigence car elle implique d’être irréprochable et de communiquer vraiment. Impossible de cacher des choses à un partenaire ou encore de lui imposer des choix. Non il faut que ce dernier comprenne le mouvement qui nous anime et qu’il puisse s’inscrire dedans. Mais cet effort a des avantages: d’abord parce que cela crée une relation de confiance et ce faisant le partenaire

Relation aux salariés sans appartenance

Tout comme les grands groupe arrêtent les relations d’appartenance avec les fournisseurs

Le pattern est plus large